L'oreille et son fonctionnement

L'oreille est un organe complexe, que l'on utilise quotidiennement, sans même s'en rendre compte. Elle est composée de trois parties : l'oreille externe, l'oreille moyenne, et l'oreille interne.

sans-titre-1-1.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’oreille externe

Elle est constituée d’un pavillon et d’un conduit auditif. Elle a pour but de :

  • Protéger le tympan
  • Capter, amplifier, transmettre les vibrations sonores jusqu’au tympan
  • Localiser la source sonore
  • Participer à l’audition binaurale (=des deux oreilles)

L’oreille moyenne

Composée des osselets (marteau, enclume, étrier), du tympan, des fenêtres ronde et ovale, et de la trompe d’Eustache, elle a pour but de :

  • Protéger l’oreille interne
  • Transformer les vibrations aériennes en vibrations solidiennes (=analysables par l’oreille interne).

capture.jpgsans-titre-4.jpg

 

 

  

L’oreille interne


L’oreille interne ou labyrinthe (osseux et membraneux) , est composée de plusieurs parties :

  • le vestibule, les canaux semi-circulaires : organes de l’équilibration (nous n’en parlerons pas ici)
  • la cochlée ou limaçon : organe de l’audition

2.jpg

 

 

La cochlée

  • La cochlée ressemble à un escargot (forme conique), d'où son autre nom : limaçon.
  •  Elle est formée de trois tubes cylindriques en spirale, situés dans une cavité creusée à l'intérieur de l'os temporal.
  •  Elle contient la rampe vestibulaire qui débute à la fenêtre ovale et qui se termine à l'hélicotrème et la rampe tympanique, qui débute à la fenêtre ronde et se trouve reliée à la rampe vestibulaire par l'hélicotrème.
  • La cochlée et la rampe tympanique contiennent la périlymphe (liquide indispensable pour le mécanisme de l'audition).
  • La cavité intermédiaire est la rampe cochléaire, interrompue au sommet de la cochlée par l’hélicotrème, elle contient de l’endolymphe. Le canal cochléaire est séparé des deux autres tubes par de fines membranes élastiques, c’est par ces parois qu’entrent les vibrations dans la périlymphe.
  • La membrane basilaire sépare le canal cochléaire de la rampe tympanique.


3.jpg5-2.jpg

 

 

4.jpg



La capsule otique a été enlevée, découvrant les 2,5 tours de spire du labyrinthe membraneux (35 mm de longueur).

Les fenêtres ovales (flèche bleue) et ronde (flèche jaune) sont mentionnées.



 

 

  

Les cellules ciliées

Dans la cochlée, l’organe de Corti est le site de la traduction des vibrations de l’endolymphe en influx nerveux. C’est l’élément sensible de l’ouïe, il comprend environ 14000 cellules ciliées au contact desquelles prennent naissance les fibres du nerf auditif. Ces cellules ciliées se déploient sur quatre rangées : trois rangées de cellules ciliées externes (environ 10 500 CCE) et une rangée de cellules ciliées internes (environ 3 500 CCI). Ces rangées s’étendent sur toute la longueur de la membrane basilaire (n°5 sur le schéma précédant) de la base au sommet de la cochlée.

Les cellules ciliées ne se renouvellent pas. L’organe de Corti est donc très fragile. Toutes les agressions se cumulent au cours du temps, provoquant une surdité plus ou moins importante selon la gravité des lésions.

Les cellules ciliées sont ainsi nommées car leur pôle apical en contact avec  l'endolymphe, porte une centaine de stéréocils en 3 rangées de tailles différentes. Le reste de la  cellule est localisé dans le compartiment périlymphatique. Schématiquement, les deux types cellulaires, cellules ciliées internes (CCIs) et externes  (CCEs), diffèrent par la forme de leur corps cellulaire (en poire pour la CCI et parfaitement  cylindrique pour la CCE), ainsi que par l'arrangement des stéréocils (en ligne pour la CCI et en  W pour la CCE).

6.jpg

 

 

 

Tonotopie

7.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A partir de 1930, Békésy développa la théorie de l'onde propagée qui lui valut le prix Nobel en 1961. Quand les fréquences de stimulation varient des aiguës aux graves, l'amplitude des déplacements de la membrane basilaire atteint un maximum à une distance de plus en plus éloignée de la base de la cochlée ; c'est ainsi que Békésy expliquait la tonotopie passive.

Codage du message nerveux

12-1.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

8.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

9.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La périlymphe (en bleu) et l'endolymphe (en rouge) diffèrent profondément par leur contenu ionique.

Alors que la périlymphe a une composition voisine des autres liquides extra cellulaires (Na+ et Cl- proches de l'équilibre électrostatique), l'endolymphe se caractérise par une surcharge en potassium (K+) qui se traduit par un potentiel endolymphatique de +80 mV.

 Le cerveau

On peut voir sur cette IRM les différentes zones activées par la musique et le langage.

La seconde image montre les aires auditives.

 11.jpg 

10.jpg

 

 

 

Je n'ai pas voulu faire d'erreurs en reformulant certaines phrases complexes, certaines sont donc copiées collées des sites suivants. Les images et schémas ont eux aussi été empruntés de ces sites.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×